LHD – Chapitre 1.2

Ayant comme prétexte de pouvoir enfin jouir d'un bon bain chaux, il se lassa aller et se détendit pendant un moment, malgré qu'il fut dans ce genre de circonstances. Cette nuit-là, lorsque les nuages ​​étaient clairs, que l’air était frais et que le reflet de la lune était dispersé sur l’étang, Duan Shun Jie nageait seul dans l’eau de la montagne. Son cœur et son esprit étaient extrêmement ravis et satisfaits, les sentiments qu'il avait ne pouvaient même pas être décrits par des lettres et des mots.

Publicités

LFDD – Chapitre 2.2

Se dépêchant de se rendre au hall d’accueil, Bai Xu distingua les figures de trois hommes de grande taille, bien bâtis et aux expressions antipathiques, deux furent debout et le troisième assis. Un jeune homme vêtu d'une robe en fine soie grise et munie d'une longue épée attachée à la taille, se redressa sur son siège. À sa gauche se tenait un homme d'âge moyen à l'allure d'un conseiller stratégique[1], et il y avait aussi un serviteur qui avait autour de dix-huit ou dix-neuf ans debout derrière le jeune homme, de toute évidence un disciple.

RLSDD – Chapitre 10

Dès que la porte s’ouvrit, Wen Qing tira sur le col de Wen Bai et commença à l'embrasser avec la tête penchée en arrière. Wen Bai tendit une main et l’enveloppa autour de la taille de Wen Qing. Il ferma la porte de sa main libre avant de passer ses doigts dans les cheveux de Wen Qing. Les deux personnes s'embrassèrent sur tout le trajet jusqu'au lit dans la chambre à coucher alors que des bruits humides et sensuels résonnaient autour d'eux. Wen Qing chevaucha le corps de Wen Bai et ses deux mains glissèrent vers la ceinture de Wen Bai.

LGP – Chapitre 6

Du point de vue d’An Zi Ran, les funérailles dans la région de An Yuan Ju étaient très différentes. Après le décès de leurs parents, les Chinois avaient une tradition appelée Shou Ling où le fils aîné devait s'asseoir près du cercueil de leurs parents défunts et veiller sur lui pendant un certain temps. Cependant, dans An Yuan Ju, celui qui à revenait cette tâche n'était pas le fils aîné, mais la fille à la place.

PRLVDD – Chapitre 8.1.1

Zhou Yun Sheng utilisa l'énergie de l'espace Xinghai et dès qu'il reprit conscience à nouveau, il se retrouva debout dans un salon magnifique et très moderne. Il n'y avait personne autour, mais il y avait du bruit venait d'en haut. Après avoir écouté attentivement, il distingua à peu près les voix de quatorze ou quinze personnes. Les murs étaient décorés avec d'énormes cadres, dont l'un était le portrait d'une très belle femme. Dans le coin inférieur droit du cadre, son nom était épelé en grandes lettres, Ariel Blanc.

LCA – Chapitre 4.1

La concubine aveugle s'exclame: "Oh, pourquoi ne l'as tu pas dit plus tôt!" Il ne peut pas voir que Xiao Bao est toujours à genoux, "Vite, va faire infuser du thé." Xiao Bao jette un coup d’œil à son maître, puis se tourne vers l'empereur, craignant de faire le moindre geste. La concubine aveugle se sent à l'aise et demande en s'adressant à l’homme: "Comment se fait-il que vous soyez ici? Ne devez-vous pas être à votre poste?"